« Je répète aux parents qu’ils sont formidables. »

Pascale, Enseignante en maternelle

Avec l’école fermée, j’ai vraiment eu peur que les enfants en situation plus fragile décrochent complètement. Mais on s’adapte à chaque situation et je leur propose de se rencontrer à l’école. Dans certains cas, rien ne remplace le contact réel. Et puis, je ne suis pas à l’aise avec l’informatique ; les vidéos ou autre support, ça me stresse complètement. Donc pour moi, c’est plus facile d’aller les voir. Par contre, donner des fiches d’ateliers que l’on envoie par email aux autres familles ne suffit pas toujours. Même si on propose uniquement des activités réalisables sans imprimante et avec les moyens du bord, il faut prendre conscience que tout le monde n’a pas les mêmes moyens. Des fois, il faut aussi penser aux ciseaux, crayons de couleur, gomme, taille-crayon… 

De nombreux parents sont inquiets et stressés. Pourtant, certains ont aussi partagé des activités très chouettes, que j’ai envoyées à tous les parents dans un mail groupé. Chaque semaine, on propose de nouvelles activités. Souvent, on rassure aussi sur la capacité de concentration des enfants et on propose des journées types. Lorsqu’on est à l’école, ils ont le choix entre différentes activités et ils ne passent pas 2 heures entières sur un même atelier. Il faut idéalement reproduire ce rythme à la maison et c’est tout à fait normal pour un enfant entre 3 et 5 ans de ne pas rester concentré sur la même activité pendant 2 heures. 

Je répète aux parents qu’ils sont formidables. On les a au téléphone toutes les deux semaines. Lorsque je demande “comment allez-vous ?”, les réponses tournent toujours autour de l’enfant, comme si mon objectif était de vérifier qu’ils prennent bien le relais éducatif ! Je dois souvent reformuler “mais sinon, vous, comment ça se passe, le télétravail, la vie à la maison…?” Les réalités du confinement sont tellement différentes d’un foyer à l’autre que le bien-être de l’enfant passe aussi par celui des adultes. Lors de cet appel, j’entends souvent l’enfant tout excité derrière. Quand c’est le cas, je propose à l’enfant de me parler. Il devient souvent très timide à l’idée d’avoir la maîtresse au téléphone !